Comment obtenir un prêt immobilier en invalidité ?

Pour la réalisation d’un projet immobilier, demander un prêt bancaire est une option qui vous facilite les activités. Cependant, de nombreux critères peuvent entrer en ligne de compte quand il s’agit d’analyser votre dossier. Découvrez comment obtenir un prêt immobilier en invalidité.

Connaitre sa catégorie

En pratique, les personnes handicapées peuvent demander des prêts au même titre que celles qui ne le sont pas. Ainsi, il n’existe donc pas une démarche spécifique qui vous permet d’entrer en possession de ce type de prêt selon votre handicap. Toutefois, la convention AERAS qui se définit comme s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé vous facilite les démarches.

A découvrir également : Une agence immobilière qui recrute en alternance ?

En vigueur depuis 2017, cette convention permet aux personnes handicapées de prétendre aux prêts allant jusqu’à 320 000 euros sous conditions, au même titre que les personnes aptes. Selon le niveau de handicap, votre pension peut différer. C’est alors un facteur clé qui est vérifié par les banquiers lors de l’étude de votre dossier. Puisque vous bénéficiez des mêmes droits que les autres, il sera vérifié votre solvabilité.

Pour les banquiers, il existe donc 3 catégories de personnes handicapées. La première catégorie est constituée par les personnes invalides, mais qui exercent à temps partiel. La seconde catégorie rassemble les personnes handicapées qui ne peuvent exercer que des travaux très réduits. Enfin, la dernière catégorie est constituée par les personnes qui ont besoin d’assistance pour réaliser les gestes quotidiens : elles n’exercent aucune activité.

A voir aussi : Comment calculer l'amortissement d'un bien LMNP ?

Ainsi, lorsque vous êtes en activité, vous pourrez déclarer vos revenus tout en indiquant la pension d’invalidité comme revenu complémentaire. Dans le cas où vous n’exerceriez pas, la pension d’invalidité devient le revenu fixe. Toutefois, une personne handicapée sous tutelle obtiendra difficilement un prêt.

Souscrire une assurance

Lorsque vous connaissez votre catégorie, il vous sera plus simple de demander un prêt. Toutefois, il faudra mettre toutes les chances de votre côté. Cela passa donc par la souscription d’une assurance. En effet, présenter une assurance emprunteur n’est pas d’obligation légale puisqu’aucune loi ne l’impose.

Par conséquent, la banque n’est pas en mesure de vous l’imposer à son tour. Cependant, il faut retenir que cette assurance est un gage de confiance pour la banque. En effet, lorsque vous présentez ce document, c’est la garantie que vous vous pourrez solder vos dus. Ainsi, la banque est plus disposée à vous accorder des prêts.

Par ailleurs, la banque est libre de refuser un accord de prêt en cas de non-présentation d’assurance emprunteur. Étant donné que le niveau de handicap varie d’un emprunteur à un autre, les primes seront différentes. Toutefois, si votre dossier est refusé par la banque alors que la demande n’excède pas les 320 000 euros, il sera directement pris en compte par un assureur spécialisé des handicaps (selon la convention AERAS).

Toutefois, vous devez avoir moins de 70 ans au dernier mois de remboursement de votre prêt. Depuis l’entrée en vigueur de la convention AERAS, le refus de la banque n’est pas consécutif à votre invalidité. En réalité, il est directement associé aux informations que vous auriez communiquées.

Il s’agira alors plus de votre solvabilité que de votre handicap. Lorsque les modalités financières communiquées sont acceptables pour octroyer un prêt, la banque ne donnera pas un refus.

En résumé, une personne handicapée peut profiter d’un prêt immobilier sans mesure particulière. Il suffira de déterminer sa catégorie et de souscrire une assurance afférente.

Immobilier
Show Buttons
Hide Buttons