Génotype et phénotype: définitions, différence, explications !

Vous avez toujours voulu savoir la différence entre génotype et phénotype ? Si vous souhaitez en savoir plus sur ces concepts très différents en sciences, alors vous êtes au bon endroit. On fait le point sur ces notions qui peuvent être confondues mais qui en réalité n’ont rien à voir. Nous vous donnons aussi des astuces pour ne plus vous tromper entre génotype et phénotype.

Génotype : définition

Par définition, en sciences naturelles (biologie), le génotype correspond à un code génétique. Comprenez donc que l’ensemble de gènes d’un organisme forment une composition allélique qui est ce code génétique.

Lire également : Etudiant – la colocation à Lille est-elle une solution de logement idéale ?

Tout individu a une composition génétique, qui va avoir une influence sur de nombreux critères, comme ses traits physiques. Un génotype est invisible à l’œil nu. Il est en lien direct avec la caractéristique de la cellule. Une cellule contient une quantité d’informations qui viennent à la fois du père et de la mère (2 allèles). Ces deux allèles peuvent ensuite donner une combinaison homozygote (allèles identiques) ou hétérozygote (allèles différents).

Phénotype : définition

Un phénotype est un trait visible. C’est en réalité ce qui découle du génotype. On voit un phénotype : cela peut par exemple correspondre à une couleur de cheveux ou à une texture de cheveux. Un phénotype se voit sur l’organisme à l’œil nu.

A lire aussi : Château Bouffémont

Le phénotype dépend donc directement du génotype. Le phénotype peut aussi recevoir de nombreuses influences, notamment de facteurs environnementaux. Un trait peut ainsi être observé sur le corps, comme la morphologie de telle ou telle partie du corps, la forme des ongles, la couleur des yeux ou encore un trait de caractère ou de comportement.

Différence entre génotype et phénotype

Un génotype n’est pas un phénotype. On dirait plutôt que c’est le génotype qui favorise la tournure que va prendre tel ou phénotype, mais l’inverse ne fonctionne pas.

Il est important de retenir qu’un génotype se séquence au niveau cellulaire, alors qu’un phénotype est bel et bien visible à l’œil nu, avec toutes les caractéristiques physiques qu’il implique.

Réaliser un génotype et un phénotype

Le génotype et le phénotype ne se réalisent pas du tout de la même manière. Ces deux tableaux d’informations se réalisent tous deux par observation mais cette observation ne se fait pas à la même échelle.

Le génotypage se réalise suite à un test biologique qui permet d’identifier quels gènes correspondent à quel allèle. Toutes les informations de caractère héréditaire sont ainsi répertoriées, certaines d’entre elles sont exprimées via le phénotype, ou non exprimées.

Un exemple caractéristique est le gène des cheveux blonds présents de chaque côté de la famille, mais qui ne s’est pas exprimé en trait physique chez l’enfant. Un gène peut ainsi être contenu dans un allèle et sauter une génération ou plusieurs.

Le phénotype est beaucoup plus simple à réaliser qu’un génotype puisqu’il se base sur toutes les caractéristiques visibles à l’œil nu ou observables sur le corps et le mental. Il s’agit uniquement des gènes exprimés.

Un phénotype peut donc évoluer selon l’âge de la personne, notamment lorsque l’on voit qu’un enfant brun devient progressivement blond en prenant le gène de l’un ou l’autre parent, présent dans ses informations cellulaires (génotype) depuis sa conception.

Qu’est-ce que l’hérédité ? 

L’hérédité correspond à ce qui peut se transmettre de génération en génération dans les gènes. Un génome entier peut passer à travers les siècles sans être modifié par des facteurs environnementaux, contrairement au phénotype. 

L’environnement peut par exemple avoir un effet sur l’évolution de tel ou tel trait physique. Les phénotypes ne sont donc pas héréditaires puisqu’ils sont uniques et évoluent en fonction de la personne (poids, etc.). Un génotype, lui, n’est pas sensible à l’environnement : ces informations sont immuables et confinées dans au niveau cellulaire.

Il est par ailleurs à notre que suite à un génotypage, on peut extraire une quantité de phénotypes et leurs variantes, qui correspondront au nombre d’individus (descendants) observés au sein d’une même famille.

“Un génotype est en partie héréditaire, un phénotype ne l’est pas.”

Vous avez maintenant la base pour comprendre les différences entre un génotype et un phénotype. Pour vous amuser, vous pouvez observer votre entourage et faire des parallèles entre les caractéristiques que vous voyez. Les variantes de phénotypes sont fascinantes ! Vous ne pourrez réaliser de génotype, à moins d’en faire la demande expresse à un laboratoire, afin de réaliser un test biologique.

Ainsi, lorsque par exemple on effectue un test de paternité afin de savoir si oui ou non un enfant est le fils d’untel, c’est bien au génotype et à l’ADN que l’on fait référence. En quelques mots, pour réaliser un génotype, l’observation se fait de l’intérieur du corps, à l’échelle des cellules et des allèles, alors que pour un phénotype, l’observation va uniquement se faire sur les traits physiques ou moraux observés chez la personne concernée. Surprenant et passionnant pour tous les scientifiques !

Pratique
Show Buttons
Hide Buttons