Choisir le bon statut juridique, un vrai casse-tête

La création d’une entreprise nécessite un bon choix du statut juridique. Les futurs entrepreneurs doivent opter entre plusieurs offres dont SARL, Eurl, Eirl, Sas, Sasu, une entreprise individuelle classique ou auto-entrepreneur. Néanmoins, un idéal statut juridique n’existe pas. Ce choix est une véritable préoccupation, car il y va du devenir du statut d’autoentrepreneur. Il mérite ainsi une mûre réflexion. Les entrepreneurs doivent se concentrer sur le choix de leur cadre légal, car la fiscalité et la protection sociale sont mises en jeu.

Source : www.dailybreizh.fr

A lire en complément : 3 couleurs pour un drapeau

Un large choix de statut juridique

L’administration française offre une large panoplie de statuts juridiques pour devenir autoentrepreneur. L’option du statut juridique dépend du type d’activité, du capital initial de la future entreprise et des objectifs patrimoniaux. L’entreprise en nom propre est la plus courante. Elle est disponible pour les consultants et l’agent commercial. La formalité reste très simple et moins coûteuse. Quand une entreprise emploie des personnels et se lance dans un restaurant ou le transport par exemple, l’entrepreneur peut opter pour la SARL. Pour la SA, une somme d’argent est mise en valeur, 37 000 euros à 225 000 euros. Elle nécessite sept associés pour constituer la société. Les frais de gestion sont plus élevés que dans une SARL. Pour le cas de SAS, elle révèle un aspect plus simplifié. Elle est utilisée pour la création d’entreprise de vente et de services.  Néanmoins, elle réclame un coût de fonctionnement élevé et un capital social minimum de 37 000 euros.

Recourir et se faire aider par un professionnel

Pour devenir autoentrepreneur, quelques questions méritent une réflexion, il s’agit entre autres la nature du projet, le statut qui conviendra au mieux à votre budget, vos objectifs personnels et à votre entreprise proprement dite. Tout d’abord, après avoir choisi le type de statut juridique, il est impératif de recourir chez un avocat pour la rédaction des statuts de l’entreprise. Un enregistrement auprès du registre de commerce et des sociétés s’impose après la signature. Par la suite, l’entrepreneur doit être accompagné pour la réussite du projet. De nombreuses associations sont disponibles pour conseiller et aider les entrepreneurs et elles sont prêtes à trouver des financements. Pour devenir auto-entrepreneur, il est primordial de se mettre en tête que créer une entreprise est facile, mais la développer nécessite une œuvre d’un professionnel.  Nul ne peut faire un cavalier seul, car l’investissement tombera facilement à l’eau.

A découvrir également : Dictée géante : le fameux championnat des mots

Pratique
Show Buttons
Hide Buttons