Opération de la hernie discale, tout ce qu’il faut savoir

Dans le cas d’une hernie discale vraiment grave, certains patients ont recours à l’intervention chirurgicale. Mais quand faut-il en venir à une solution aussi radicale ? En quoi consiste l’opération d’une hernie discale ? Toutes les réponses dans ce billet.

Causes, symptômes et conséquences de la hernie discale

Avant toute chose, il faut d’abord comprendre ce qu’est une hernie discale. Il s’agit d’une maladie du disque vertébral qui est caractérisée par l’usure, voire même la déformation des disques. Dans la plupart des cas, ces derniers vont jusqu’à sortir de leur enveloppe, ce qui entraîne la compression d’une racine nerveuse (généralement du nerf sciatique) ou de la moelle épinière.

A lire aussi : Pourquoi opter pour un agenda électronique avec rappel ?

sddefault

D’où l’apparition de douleurs lombaires et de névralgie sciatique : soit des douleurs aiguës au niveau de la colonne vertébrale, dans le bas du dos, du côté postérieur de la cuisse, voire même dans les jambes, les mollets et les pieds ! Dans les pires des cas, la hernie discale peut entraîner une paralysie des membres ou des sphincters anal et urinaire car c’est la moelle épinière qui est touchée.

A lire aussi : Comment soigner l'acné rosacée naturellement ?

Quand faire une opération  d’une hernie discale ?

Très courante chez les 35/45 ans (notamment les hommes), la hernie discale n’est pas une pathologie aussi grave qu’on le pense. Il faut en effet savoir qu’elle disparaît spontanément dans la plus grande majorité des cas. L’intervention chirurgicale constitue ne s’utilise qu’en dernier recours : notamment en cas de douleur persistante malgré la prise d’antalgiques, de paralysie évolutive au niveau des membres inférieurs ou de paralysie des sphincters (anal ou urinaire). A noter que l’opération consiste à retirer (ex : par endoscopie…) le fragment discal qui déborde de son enveloppe et fait pression sur le nerf sciatique. A noter qu’il n’est pas nécessaire de retirer tout le disque. Il s’agit d’une intervention rapide qui ne nécessite généralement que 1 à 3 jours d’hospitalisation pour le patient.

Les positions pour soulager son dos avant l’opération

302_20B821E512

En attendant de se faire opérer, il existe plusieurs solutions et exercices simples pour soulager les douleurs lombaires et celles au niveau du nerf sciatique. A commencer par adopter les bonnes postures ! Voici 5 positions pour soulager son dos efficacement:

  • Debout : garder la tête et le dos toujours bien droits, avec les épaules rejetées en arrière.
  • En position assise : le dos doit être bien appuyé contre le dossier, et les pieds bien ancrés sur le sol.
  • Au lit : si on dort sur le dos, l’idéal est de placer un coussin sous les genoux. Cela pour soutenir la courbure naturelle de la colonne vertébrale. Cela permet également de soulager les douleurs au niveau du nerf sciatique.
  • Porter un objet lourd : il faut fléchir les genoux et s’accroupir, sans se brusquer.
  • Les étirements : incliner le buste vers l’avant et se relâcher complètement. Garder la position pendant 10 secondes, puis se relever en déroulant chaque vertèbre et en inspirant par le nez. Ou bien étirer ses bras au maximum vers le haut pendant 10 secondes tout en expirant lentement par la bouche. Relâcher ensuite complètement ses bras vers le bas, cette fois en inspirant par le nez.

A tout cela s’ajoute la pratique de sports très bénéfiques pour le dos, tels que la marche rapide, la natation et le cyclisme. Cela permettra de réduire l’intensité de la douleur en attendant l’intervention chirurgicale. Et pour tous ceux et celles qui souhaitent en savoir davantage, des infos complémentaires sont disponibles sur le site operationherniediscale.fr.

Santé