Combien gagne un livreur Uber Eats ?

Avec la banalisation de la livraison des repas, Uber a lancé en 2015 l’application Uber Eats pour proposer un service de livraison de plats cuisinés. En effet, l’entreprise travaille en collaboration avec des restaurants partenaires et la livraison est assurée par des livreurs indépendants. Le statut de livreur indépendant vous intéresse mais vous vous demandez si la rémunération est intéressante ? Découvrez dans cet article combien gagne un livreur Uber Eats.

Les composants du chiffre d’affaires d’un livreur Uber Eats

Tout d’abord, vous devez savoir qu’en tant que travailleur indépendant, un livreur Uber Eats ne perçoit pas de salaire mais un chiffre d’affaires et doit supporter des charges. D’ailleurs, n’hésitez pas à vous rapprocher de l’ACRE pour réduire vos charges au maximum. En général, ces charges vont s’élever à 5,5% du chiffre d’affaires. Ce chiffre d’affaires peut être décomposé en plusieurs éléments : le tarif de base, les tarifs additionnels et les pourboires.

Lire également : Le fonctionnement du rachat de crédit en ligne

  • Le Tarif de base : le tarif de base d’un livreur Uber Eats est constitué par son prix de la course, le tarif au kilomètre, la prise en charge du restaurant (qu’il perçoit au moment de prendre la commande auprès du restaurant) et la remise au client (qu’il perçoit au moment de la livraison au client).
  • Les tarifs additionnels : Ces tarifs additionnels sont des primes que vous recevez en complément de la base. Il peut s’agir de challenges, de coefficients multiplicateurs (aux heures de pointe) et de tarification pluie.
  • Les pourboires : le système des pourboires est un nouveau concept mis en place par l’application pour récompenser les coursiers pour la qualité du service.

Les facteurs qui impactent le chiffre d’affaires d’un livreur Uber Eats

Il existe plusieurs facteurs qui ont une influence sur le chiffre d’affaires d’un livreur Uber Eats. En effet, d’un mois à un autre, votre chiffre d’affaires ne sera jamais le même. Des paramètres comme le temps d’attente que ce soit lors de la récupération au restaurant ou lors de la livraison auprès du client sont à intégrer dans vos calculs de CA mensuel.

Vous devez aussi tenir compte de la météo qu’il fait (même si en temps de pluie, vous recevrez une prime), de votre véhicule (scooter ou vélo) car votre vitesse va influer sur le nombre de livraisons que vous aurez accompli et donc votre chiffre d’affaires.

Lire également : Comment gérer efficacement la flotte automobile de son entreprise

Mais le facteur le plus impactant sera la ville dans laquelle vous allez exercer votre activité de livreur Uber Eats. En effet, à Paris ou en province, il y a une différence dans les barèmes de base.

Pour la même course à 2,85€, le tarif par kilomètre appliqué est de 0.81€ à Paris contre 0,76€ pour les autres villes, la prise en charge au restaurant est de 1,90€ et la remise au client de 0,95€ (même tarif pour Paris et les autres villes). Il est à noter que ce tarif est basé sur le nouveau modèle proposé par Uber Eats dans les contrats signés après le 25 Septembre 2019.

Calcul du chiffre d’affaires mensuel d’un livreur Uber Eats

Tous les facteurs cités précédemment auront une influence certaine sur les revenus d’un livreur Uber Eats. Il est donc impossible d’avoir une estimation précise de combien il gagne. Par contre, avec un petit calcul, vous pouvez avoir une moyenne mensuelle.

Selon son efficacité, il a été établi qu’un livreur Uber Eats peut réaliser entre 2 et 5 livraisons par heure. Dans cet exemple, la base de calcul sera une moyenne de 3 livraisons par heure à Paris. Sans coefficients et autres tarifs additionnels, un livreur Uber Eats gagne en moyenne 14€60 par heure (bénéfice net après déduction des charges sur la base de l’ACRE).

En misant sur une journée de 7h et une semaine de 35h, cela vous fait 511€ par semaine. Et si on considère qu’un mois est égal à quatre semaines, un livreur Uber Eats peut alors gagner environ 2044€ par mois. Cette base ne tient pas compte des primes qui sont de 15€ net pour 3 heures en temps de pluie ou des coefficients multiplicateurs qui peuvent aller jusqu’à doubler le prix de la course dans certaines zones en heures de pointe.

Business