Qu’est-ce qui est à la mode en ce moment pour ADO ?

Si vous êtes né entre 1970 et 1990, vous n’avez peut-être pas manqué le fort retour de la mode des années 80 chez les jeunes . Mais pourquoi ont-ils été coincés avec des logos, des survêtements et des jeans dont nous avions tant de mal à nous débarrasser, nous les adultes ?

Petite robe à dos flash

Victime de la mode…

Qui a vécu son adolescence dans les années 80 se souviendra avec douleur ou joie (selon ses finances à l’époque), la mode qui s’imposait à nous-mêmes. Après avoir passé une enfance à récupérer les pulls à gratter et les pantalons de nos aînés, le diktat de vêtements nous a arraché de l’entrée à 6. Et c’est là que presque tous nous sommes devenus des victimes de la mode. Un petit air délicat se réveille en toi et sueur que tu rimes, c’est son nom de code ? Il ne fait aucun doute que nous avons quelques choses en commun ! En 1991, Mc Solaar a fait une carte avec son chanson (ou un tabac, mais pas encore le bourdonnement). Défilés, grands créateurs de mode, films américains, T-shirts hardos et marques friqués…

A découvrir également : Qui n'a pas peur de rien ?

Dictate des marques trop chères

Bien sûr, tout le monde aura eu une expérience différente en fonction de son hébergement, de sa place dans ses frères et sœurs, de son budget familial. Mais honnêtement, je ne garde pas un bon souvenir de la mode pendant les années universitaires. Je me souviens d’une lutte constante pour acquérir l’essentiel dans une garde-robe soumise aux marques Levis, Chevignon, Chipie, Fruit of the Loom, Teddy Schott… La liste est longue, mais pas aussi exhaustive. Par conséquent, la difficulté de contourner la mode . Il était nécessaire de porter le modèle original, avec le logo sur une marque distincte. Les imitations étaient rares et les porter pourrait vous frapper de honte !

Survivants dans la jungle de la mode

Donc tu devais être intelligent, armez-vous avec un jean 501 basique, choisissez Converse plutôt que Pump it up Reebok et pilotez pour les tops. La pression était si forte sur les jeunes de porter les quelques pièces tolérées qu’un contre-mode réussit à tout souffler. Grunge ! Qu’est-ce que j’ai aimé ce moment où nous étions délibérément malin ? Quelle libération, les jeans creux (seul bien sûr), les manches éligibles, les écharpes tricotées. Ça n’a pas duré… Vous avez dû retourner à une tenue appropriée pour gagner l’école secondaire et obtenir de petits emplois ! Mais cette page a laissé tomber le soufflet de tous ces personnages BCBG chers et haughty. Dans le même genre, la mode hardos avec ses piles de T-shirt Guns et Roses et Iron Maiden fini peluche et doudoune avec bavoir gris.

A voir aussi : Quelle couleur de collants ?

Alors pourquoi remettre la couverture, trente ans plus tard ?

Pourquoi ce retour soudain des années 80 de la mode ?

La mode est cyclique, il semble

Les retours de mode sont connus pour être cycliques. C’est ce qu’on m’avait déjà dit sur les pattes d’eph, la ceinture de fleurs, les lunettes de John Lennon dans les années 80. Ainsi qu’un tas de chanteurs morts et ressuscités pour le bonheur Top 50 (Bonjour les petits ongles ! ). Rappelez-vous le succès de The Doors grâce au film d’Oliver Stone ! J’avais une affiche de Jim Morrison dans ma chambre avec ses dates de naissance et de décès : 1943-1971… La génération de ma mère ! On ne sait pas pourquoi, mais la mode et la musique revivre environ tous les vingt/trente ans.

Quand j’étais enfant, on s’est posé la même question sur la vieillesse que celle qui a été posée. Et nous avons eu de fausses réponses sur les téléviseurs. Par exemple, nous parlions de visionnaires (traducteurs tendance ou, mieux, influenceurs) qui auraient apprécié les vagues changeantes de la mode. En fait, le succès commercial a été le plus salué, pas la créativité.

Pas besoin de chercher qui a ravivé les modes du néon, de l’impression piquante et de la broche à motifs. La réponse est sur les écrans ! Dans ce cas, la multiplication des films et des séries qui se déroulent dans les années 80 affecte sans aucun doute les choix vestimentaires chez les adolescents d’aujourd’hui.

Séries, séries et séries multiples…

Tout d’abord, je pense à des trucs étrangers qui se passent précisément dans les années 80 et perpétuant le genre cinématographique sur Spielberg et Carpenter. Dans la veine de Things, Goonies, Gremlins et autres E. T. et rencontres du troisième type. Mais l’effet de l’état est réel si nous le jugeons par la programmation Netflix.

Qu’ ils se déroulent entièrement dans les années 80 ou s’y installent pour une saison, la série montre une coupe longue sur le cou et un look global jeans. C’est vrai pour Fargo saison 2 ou un passage de la série Maniac avec Emma Stone et Jonah Hill, sans parler de Glow et des Américains. Mais qu’est-ce qu’une chemise à carreaux, un pull à col en V, un pantalon et une veste en jean inspirent 15-25 ans ? Ce ne sont certainement pas leurs qualités esthétiques qui convainquent !

Mode vintage : un concept réussie

Sous le terme millésime, les friperies et autres magasins vendant un kilogramme de vêtements d’occasion alimentent un réseau de consommation de mode des années 80. Baskets Vans, Fruit of the Loom T-shirt, jeans de neige (ou galaxie ?) Taille haute, empreintes mémer, euh, désolé, floraison mais franchement bizarre. Les jeunes déchirent les pièces « authentiques » de notre enfance… et que nous aurions aimé nous passer ! Si nous savions que cela plairait à nos enfants, nous aurions gardé nos trophées !

Si seulement il y avait les vêtements… Mais la tendance des années 80 se tourne à l’extrême avec les chaussures Méphisto de grand-père, les grandes lunettes en métal doré, la publicité T-shirts (Amicale de la pétanque de Trifouillis). Le genre de vêtements qui nous aurait fait crier d’horreur ! Et la cerisation sur la cerisation : une tasse de mule qui s’offre son festival européen. Manquerait plus que le retour de la banane, ce sac ventral, si seyant et si pratique, pour cacher ses papiers et ses biftons en vadrouille !

Ce sont les parents à blâmer !

Nostalgie quand tu nous gardes

Pour lire la presse, l’interprétation de l’enthousiasme pour les années 80 vient simplement de l’effet de nostalgie des spectateurs. Tout comme nos parents étaient heureux de revivre les vieux films de leur enfance, nous, les quadras, regretterions cet âge d’or qui nous connaissait si heureux. Rien de nouveau sous le soleil !

Ainsi, chaque génération qui atteint la maturité reviendra nécessairement. Renouvellement de cette façon une niche marketing et manne financière grâce à l’effet de levier simple. Si cette interprétation est correcte, Mais elle ne parvient pas à dire que ces séries et films sont très réussis chez… les adolescents ! Tout le monde a bougé et ébloui qu’ils doivent nous imaginer rebelles et heureux… sublimés par des jeans sans forme et des baskets disproportionnées.

C’ était mieux avant…

Allez, qui ne se vante pas des années 80 à ses enfants (sauf moi, hein ?)  ? Autour de moi, le discours de l’enfance dans les années 80 est la liberté et le cyclisme sans casque. Dormez pendant sept heures de route, couché sur le siège arrière. Gavage du club Dorothée et de la poudre de Tang. Ulysse 31 avant d’aller au lit. André Agassi et son bandana, Indiana Jones et son fouet, Recre A2 et le gluon de Telechat…

Bref, tout se passe comme si les années 80 avaient été le paradis de l’enfance . Le moment où, avec seulement trois chaînes de télévision, les enfants ont droit à leurs propres plans de vol, même en vacances. Les parents ont dû abandonner le poste comme ils ont acheté Barbie, GI Joe et connaissaient par cœur tous les personnages des Maîtres de l’Univers. Selon ce que disent les parents à leurs adolescents, les années 80 riment avec liberté et facilité. Et c’est précisément ce qui attire les adolescents.

quatre-vingt mode comme armure contre le monde actuel ?

Sur la base de cette observation, je me demande dans quelle mesure le port des vêtements de ses parents apaise ou réconforte. En effet, selon Bill Cunningham, photographe de mode américain, la mode est l’armure qui nous permet de survivre à la réalité de la vie quotidienne. Est-ce que ça veut dire que les vêtements auraient un pouvoir magique ? Pour contrer les vicissitudes de la vie, sur le plan écologique, économique et politique ? En tout cas, il est certain que les vêtements que nous portons parlent pour nous. Ils agissent sur nous et sur notre entourage, à la fois positivement et négatif. Et ce n’est pas moi qui dis ça, mais Virginia Woolf elle-même.

Les milieux vains, comme ils semblent être, ont des vêtements, disent-ils, un destin plus important que de nous garder au chaud. Ils changent notre vision du monde et notre vision du monde de nous.

Un vent de liberté pour les adolescents !

Selon Nathalie Degans, auteure de My Elèves Dress in Prada, interrogée par les Parisiens, nous jugeons aujourd’hui beaucoup moins sur les apparences. La démocratisation de la mode à travers de grandes marques multinationales permettrait à tout le monde de s’habiller « correctement ». Soudain, la mode des années 80 ne serait-elle pas un pied du nez pour l’hyper-consommation en suivant le cours du millésime ? Textile recyclé contre les grandes entreprises polluantes ? Liberté et écologie : une belle alliance enfin ! Et il permet de montrer aux autres aussi différents, que responsables ou en tout cas inspiré par une idée.

Par ailleurs, ceux qui choisissent la tasse mule revendiquent l’absolu laid ! Se libérer des codes, se libérer des canons publicitaires et mieux faire ressortir leur personnalité. En s’aventurant dans les horreurs des vêtements pour se moquer des regards, ils adoptent une attitude ironique et font preuve de retenue. Fondamentalement, ils encouragent les autres à s’intéresser au fond plutôt qu’à la forme.

De toute évidence, comme en aucune façon, il y a ceux qui l’inspirent et ceux qui la suivent. On ne peut pas être sûr que derrière chaque jean taille haute et nombril apparent se cache ce qui est caché par un jeune engagé en faveur de l’égalité des sexes et de l’économie locale. Mais enfin ils sont plutôt gentils avec moi les adolescents qui veulent nous ressembler, un peu…

Enfin, pour terminer avec une autre citation Marc Jacobs affirme que pour lui s’habiller est une forme de l’expression de soi. Il y a des traces de ce que tu es dans ce que tu portes. Pour méditer pour le début de l’école, tous les âges !

Mode
Show Buttons
Hide Buttons