En France : le BTP se refait une santé

Longtemps plombé par la crise, le secteur du BTP est en train de se refaire une nouvelle santé avec la reprise des grands travaux dans le secteur du public. En effet, le secteur avait enregistré une baisse de 20% pendant 8 années consécutives. Avec la reprise économique, c’est un secteur qui reprend des couleurs avec une certaine hausse des constructions.

Une hausse encourageante

Le secteur du BTP est une des clés de l’économie d’un pays. Lorsqu’il va, on peut dire que les autres secteurs vont suivre naturellement la cadence. Dans le secteur de la construction de logements neufs, par exemple, il y a eu une hausse de 20% depuis 2016 et la tendance va se confirmer jusqu’en 2020. En tant qu’entreprise de btp, c’est le moment d’en profiter largement pour accroître son chiffre d’affaires et ses bénéfices. De leur côté, les pouvoirs publics n’hésitent pas à brandir ces chiffres de manière fière et les résultats obtenus sont assez impressionnants. En effet, en Île-de-France, plus de 69.000 chantiers ont été entamés en 2016, soit une hausse de 25%. Dans le contexte national, la situation est tout aussi encourageante avec plus de 400 mille permis délivrés l’année dernière.

Tout va pour le mieux alors

Tout ce que l’on peut vraiment dire, c’est que le secteur du BTP français revient de loin. De plus, il faut remonter une sacrée pente, mais la reprise du secteur est là et il faut penser à le maintenir tel quel. Cependant, on se rend compte que la plupart des entreprises ne sont pas encore prêtes pour cette embellie. En effet, une entreprise de btp sur cinq a dû déposer le bilan. Ce qui a été une situation grave en un moment donné. Mais en ce moment, le secteur est à la recherche de main d’œuvre.

Un démarrage épars ?

Ce qui inquiète le plus les autorités, c’est que la reprise du secteur du BTP en France ne se fait pas de manière homogène. Certains secteurs comme ceux de la rénovation sont à la traîne. Pourtant, avec les dispositifs législatifs concernant la transition énergétique, c’est un secteur qui aurait dû retrouver un peu de dynamisme. Avec le contexte de la reprise, il devrait y avoir une meilleure homogénéité d’ici 2020. Pour le moment seuls les grands projets financés par l’État, notamment le Grand Paris tiennent l’allure. Mais cela devrait bientôt changer.